Qu’est-ce qu’un Cypherpunk ?

Qué-es-un-Cypherpunk
8 min read

Dans le monde des crypto-monnaies, vous avez probablement entendu parler d’un Cypherpunk. Peut-être avez-vous une idée de ce que c’est ou peut-être pas. Aujourd’hui, nous allons tout vous dire sur ce mouvement très intéressant.

Lorsque nous parlons de Cypherpunk, nous faisons référence à un mouvement sans leader spécifique. Ce mouvement défendait l’utilisation de la cryptographie pour garantir la sécurité et la confidentialité de tous les utilisateurs du numérique. 

D’autre part, nous avons un cypherpunk. C’est ainsi que l’on pourrait appeler un militant qui défend un tel mouvement. Utiliser le meilleur de la cryptographie et des avancées technologiques pour protéger les autres, voilà ce que défendent les cypherpunks.

Histoire du mouvement Cypherpunk

Avec l’avènement d’Internet, on a compris que, loin d’être conçu comme un système sécurisé, Internet a été conçu comme un outil précis. Pas du tout une méthode de protection. Parmi les premiers à faire pression en faveur de la sécurité, on trouve Ralph Merkle, créateur du célèbre arbre de Merkle.

Malgré son jeune âge, il a pu créer les bases des systèmes cryptographiques qui sont encore en place aujourd’hui. L’une de ses principales créations est le premier système cryptographique asymétrique. Les travaux de Merkle ont été rejoints par Martin Hellman et Diffie. Ensemble, ces trois développeurs ont créé les premiers systèmes cryptographiques accessibles au public. 

C’est à ce stade que le mouvement Cypherpunk a commencé à prendre forme, lorsque son développement a enfin eu beaucoup de poids sur lequel s’appuyer.

Qué-es-un-Cypherpunk

Apparition des Cypherpunks

Bien que la technologie ait fait de grands progrès dans les années 70, elle n’était pas suffisante pour les spécialistes. À l’époque, le DES (Data Encryption Standard) ne répondait pas au grand nombre d’applications de sécurité en attente. La technologie en étant à ses débuts, la faible puissance de calcul a compliqué la mise en œuvre de nouveaux développements dans les systèmes cryptographiques asymétriques.

Malgré ces difficultés, toutes les personnes intéressées à promouvoir le développement du système ont continué à chercher de nouvelles façons d’évoluer. À la fin des années 1980, l’ARPANET était devenu un important réseau d’information mondial. 

Avec le boom du développement, des personnalités brillantes telles que David Chaum ou Silvio Micali ont commencé à se distinguer. Ils se sont concentrés sur le développement de la cryptographie. Bien que beaucoup se soient accrochés à cette évolution, Chaum s’est distingué en étant le plus rebelle et en recherchant le maximum de la technologie.

À cette époque, il se trouve au cœur d’une lutte entre le contrôle du gouvernement et la défense de la liberté du peuple. Comme le seul moyen de pousser cette sécurité était la cryptographie, il s’est consacré à la création de systèmes hautement sécurisés. Il s’agit notamment des signatures en aveugle, des justificatifs cryptographiques et des signatures de groupe.

C’est ainsi que David Chaum est devenu le premier cypherpunk de l’histoire. Le nom Cypherpunk a commencé à être entendu au milieu des années 80, lorsque la cryptographie était à peine connue des espions et des gouvernements. À cette époque, les gens commençaient à connaître le terme cryptographie et voulaient l’appliquer à des situations autres que militaires. Avec l’avènement des nouvelles technologies, une méthode de protection des données était nécessaire.

La décennie des années 90

Lorsque les années 90 sont arrivées, l’internet que nous utilisons tous les jours était déjà connu. Ce réseau, qui n’a rien de comparable à celui que nous utilisons aujourd’hui, était déjà actif dans le monde entier. Des impossibilités comme le partage d’informations de n’importe où étaient déjà viables.

Le terme a finalement été inventé en 1992. Il est né d’un jeu de mots lors d’une réunion d’un groupe formé par Tim May, John Gilmore et Eric Hughes. « Cypherpunk » est le syndicat formé par l’éminent activiste Jude Milhon. Le mot se divise entre « Cypher » pour cypher et « Punk » pour rebelle. Si nous le traduisons en anglais, nous comprenons le nom du groupe comme « rebelles du chiffre ».

Lors de cette réunion, une trentaine de personnes ont débattu de la vie privée, de l’anonymat, de la politique, entre autres sujets. Pendant ces années, l’internet avait tellement progressé que le courrier existait déjà. Non seulement il existait, mais il était aussi utilisé comme un espace de débat et de rencontre. Grâce à cette avancée technologique, la liste de diffusion Cypherpunk a été créée lors de cette réunion.

Sur cette liste de plus de 2000 abonnés figuraient des personnalités telles que Adam Back, Nick Szabo, Jude Milhon, parmi beaucoup d’autres. Cette liste est devenue la table sur laquelle de nombreux projets de crypto-monnaie ont été créés. De 1992 à aujourd’hui, cette liste a participé à la création de projets tels que Open Privacy ou l’Electronic Frontier Foundation.

Non seulement elle était impliquée dans des projets, mais elle était aussi la base où le « Manifeste crypto-anarchiste » et le « Cyphernomicon » ont été créés. Elle a également vu d’autres développements orientés vers la blockchain, comme le HashCash créé par Adam Back.

Traces des Cypherpunks

Maintenant que nous connaissons l’histoire des cypherpunks, nous pouvons commencer par les empreintes qu’ils ont laissées dans la technologie. Nous allons examiner ci-dessous leurs principales réalisations :

  • L’Internet. Tim Berners-Lee, le créateur du World Wide Web, était un membre bien connu du mouvement cypherpunk. Ce personnage a défendu toute sa vie l’utilisation des données dans le monde entier. Son idée était un réseau accessible à tous les utilisateurs au-delà du gouvernement.
  • Accès à distance. Lorsque l’internet a été créé, l’accès à distance était l’une des principales exigences pour son bon fonctionnement. Des protocoles tels que FTP et Telnet ont été créés, mais ils n’étaient pas assez sûrs. La solution à ce problème est venue de Tatu Ylönen lorsqu’il a créé le protocole SSH. C’est ainsi qu’il a fini par devenir le protocole par défaut pour la connexion à distance sur Internet. Grâce à la haute sécurité qu’il offre, il est encore aujourd’hui le protocole le plus utilisé.
  • Défendre les droits. La création de l’EFF (Electronic Frontier Foundation) a marqué une nouvelle étape dans le domaine des droits numériques. Cette réalisation est attribuée à Mitch Kapor, John Gilmore et John Perry Barlow. Trois membres du mouvement Cypherpunk qui, comme beaucoup d’autres, se sont battus pour les droits numériques.

Ce n’est pas la seule réalisation en matière de droits numériques. La Free Software Foundation fondée par Richard Stallman était également un organisme axé sur les droits numériques. Son objectif principal était de conserver le code source de tous les programmes afin de créer une liberté totale pour les utilisateurs qui souhaitaient les modifier.

Après ce tour d’horizon de l’histoire du cypherpunk, vous aurez remarqué qu’il existe de nombreuses raisons de remercier ce groupe de personnes qui a tant fait pour notre liberté. Cet article est un petit merci à tous ceux qui ont fait ou font partie de ce mouvement passionnant, merci beaucoup aux Cypherpunks ! 

 

Banner fr

Ça pourrait vous intéresser…