Payez avec Bitcoin depuis votre cerveau avec un implant

pagar con bitcoin desde tu cerebro con un implante Bitnovo
6 min read

Le monde des crypto-monnaies est en plein développement et nous constatons chaque jour de nouvelles avancées qui ne cessent de nous surprendre, mais est-il possible de payer avec Bitcoin depuis votre cerveau avec un implant? Jusqu’où vont les limites?

Le controversé Elon Musk a une fois de plus attiré tous les regards dans sa nouvelle conférence sur Neuralink, un plan ambitieux qui vise à connecter le cerveau humain à un ordinateur.

Quel est l’intérêt ? La raison principale est que cela pourrait permettre aux personnes atteintes de maladies d’améliorer leur qualité de vie. Par exemple, un homme âgé atteint de la maladie de Parkinson serait capable de contrôler ses mouvements physiques par la pensée.

Pour y parvenir, les scientifiques et les développeurs de Neuralink créent un système de sondes biocompatibles ultra-minces, remplies d’électrodes, qui serviraient à capturer les signaux électriques du cerveau.

Cela pourrait ouvrir la voie à de nouveaux développements, produits et services dans un nombre inimaginable de domaines d’application.

Elon Musk pourrait-il aider Bitcoin ?

Le créateur de Tesla dit que ces sondes pourraient être introduites chez le sujet grâce à un robot chirurgical, et que son système serait interprété en code binaire (tout comme les ordinateurs). Oui, ce serait comme une sorte de fusion avec un ordinateur et avec certaines de ses fonctions afin que nous puissions, entre autres, payer en Bitcoin depuis notre cerveau avec un implant. 

Le monde dont je rêve en 2025 : mon réveil sonne, j’ouvre les yeux, je pense acheter des Bitcoins à Bitnovo et en 2 minutes je les ai déjà dans mon portefeuille. En allant aux toilettes, j’ouvre l’application Starbucks (qui accepte Bitcoin) et je commande un Frappuccino que je paie depuis mon implant. J’ouvre la fenêtre et un drone entre avec ma commande prête. 

La réalité de 2025 : Je me réveille et je vais à la télé pour l’allumer, car la télécommande ne fonctionne pas. J’entends « Une nouvelle vague d’épidémies de COVID-19 continue d’affecter les pays » et je me rendors encore 5 minutes.

Portefeuilles cérébraux

Bien qu’aujourd’hui, les types de portefeuille les plus utilisés pour stocker des crypto-monnaies soient divisés entre ordinateur, mobile, Web, paper ou hardware, peut-être qu’à l’avenir, nous pourrons parler d’un «portefeuille cérébral» ou d’un «brain wallet» qui se connecte à Internet. et nous permettrai de stocker nos crypto-monnaies.

Le terme «portefeuille cérébral» désigne actuellement un portefeuille papier mémorisé par son propriétaire et par conséquent logé uniquement dans son cerveau. Grâce à ces développements, il est probable que dans le futur, la mémoire deviendra quelque chose de plus similaire à la mémoire d’un ordinateur et là nous aurons notre graine de sécurité.

pagar con bitcoin desde tu cerebro con un implante Bitnovo

Neil Harbisson, le premier cyborg, a une antenne implantée dans sa tête qui lui permet d’entendre les fréquences du spectre lumineux pour détecter les couleurs et ainsi résoudre son daltonisme.

Le problème de la centralisation

C’est un problème non négligeable, dont il faut tenir compte. Comme vous l’imaginez, Neuralink et d’autres acteurs susceptibles de survenir dans l’industrie des implants ne seraient pas exactement décentralisés.

Il est possible que ces implants, du moins au début, soient contrôlés par des gouvernements ou des entreprises en qui nous devrions placer notre confiance.

Imaginez que si Facebook ou Google se sont déjà avérés peu fiables dans le traitement de nos informations personnelles, que pouvons-nous attendre d’eux s’ils ont accès pour lire ce que vous pensez. Encore plus dangereux s’il est entre les mains de gouvernements autoritaires comme la Chine, la Corée du Nord ou le Venezuela.

Vitalik Buterin, créateur d’Ethereum, a évoqué le problème :

«Suis-je le seul à trouver que l’amélioration génétique humaine * est beaucoup plus passable que les implants cérébraux? Les gènes sont difficiles à identifier; il n’y a pas de «gène d’obéissance au parti communiste». Mais mélanger les cerveaux et la technologie numérique centralisée risque de violer notre domaine le plus puissant de la vie privée.  »

Et vous avez raison, car un portefeuille cérébral ou un PC, même s’il semble extrêmement utile, comporte des risques élevés si son administration n’est pas décentralisée.

Tout comme les autorités demandent désormais des informations privées aux géants des médias sociaux, elles pourraient ensuite les demander aux entreprises en charge de la puce cérébrale, de la sonde ou du revêtement. Notre propre mémoire serait compromise.

Il semble donc que, pour le moment, payer avec des bitcoins depuis votre cerveau ne semble pas trop beau. Peut-être que l’idée ne fonctionnera (sans contrôle ni violation de données) que dans un monde décentralisé.

Banner fr